Le jogging pendant la grossesse

juillet 27, 2019

Ça fait déjà longtemps que vous vous habituez à faire du jogging. Mais depuis que vous avez su que vous êtes enceinte, vous avez hésité entre continuer ou arrêter. Il n’y a pas de raison de vous priver de votre activité sportive.

Les bienfaits du jogging aux femmes enceintes

Si durant la grossesse, la pratique du jogging peut inquiéter bon nombre de femmes, sachez que rester actif apporte de nombreux effets bénéfiques. La plupart d’entre nous pensent que la course à pied augmente les risques de fausse couche, surtout au premier trimestre, ou d’accouchement prématuré. Pourtant, jusque-là, aucune étude n’a prouvé la véracité de cette affirmation.

Au contraire, le jogging ou la course à pied est un excellent moyen pour minimiser le risque d’hypertension ou de diabète gestationnel. Ce genre d’activité physique permet aussi de maitriser efficacement la prise de poids durant la grossesse et de retrouver le poids initial plus rapidement après l’accouchement. Il est également parfait pour améliorer le système cardiorespiratoire et la circulation sanguine.

En plus, cet exercice renforce les genoux. Le corps libère une hormone appelée « relaxine » durant la grossesse. Cette hormone adoucit les articulations et les ligaments, ce qui met les femmes enceintes enclines aux blessures.

Pour quel type de femme ?

Toutes femmes enceintes n’ont pas le privilège de pouvoir courir. Seules celles qui étaient déjà des joggeuses expérimentées et régulières peuvent continuer leur séance d’entrainement durant la gestation. Aussi, elles ne doivent montrer aucune contre-indication médicale. Néanmoins, elles sont obligées de réduire la durée, la fréquence et l’intensité de l’exercice.

Pour les femmes qui n’ont jamais fait de sport avant la grossesse, le jogging est peu recommandable. Il peut augmenter de manière considérable la pression sur le plancher pelvien ou périnée. Si, durant l’entrainement, l’un des signes :

  • des saignements actifs au quotidien
  • des signes de placenta previa (aux deuxième et troisième trimestres)
  • une fuite de liquide amniotique, ou
  • des contractions prématurées,

il faut arrêter l’activité sportive au profit du repos.

Les précautions à prendre durant les phases de grossesse

Quand on est enceinte, il faut rester vigilant et prendre quelques précautions.

Le premier trimestre de grossesse

C’est la phase la plus délicate pendant la grossesse. Tout d’abord, il faut vérifier le pouls. Portez des chaussures adaptées au confort de vos pieds. Comme dans toute pratique sportive, l’hydratation est primordiale, avant, pendant et après la course. Sinon, vous risquez de la déshydratation, un phénomène susceptible de diminuer le débit de sang vers l’utérus. C’est la raison principale des contractions prématurées. La chaleur ne convient pas aux femmes enceintes pour courir. En plus, c’est dangereux pour le bébé.

Le deuxième trimestre de grossesse

Il faut prendre davantage de précautions puisque le ventre s’agrandit et le centre de gravité a bougé. A ce moment-là, les risques de perte d’équilibre et de chute augmentent. Privilégiez ainsi de courir sur des terrains plats pour minimiser les impacts et assurer une sécurité optimale.

Le troisième trimestre de grossesse

Cette activité physique s’annonce plus compliquée au troisième trimestre. Les femmes enceintes vont ressentir la pression sur le diaphragme et le poids du fœtus qui entraine des douleurs d’inconfort sur le plancher pelvien. L’avis d’un médecin est nécessaire avant de continuer.

 

En conclusion, le jogging est ainsi possible durant la grossesse. Mais pour être plus sereine dans la pratique, prenez bien compte de certaines conditions. Mais l’hydratation et l’alimentation sont deux éléments à ne pas bâcler .